2 millions d’Aquitains consultent internet tous les jours [Diagnostic 2011]

08/11/2011 par Suzanne GALY.
  • Diminuer la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
Le Diagnostic 2011 de l'Aquitaine numérique -photo aec

23% y accèdent en mobilité ; 30% sont inscrits sur Facebook. L’utilisation du web s’intensifie et les pratiques de consultation se diversifient dans notre région. Mais les fractures perdurent. Voici quelques un des enseignements du Diagnostic 2011 de l’Aquitaine numérique, présenté par AEC à un public de 230 personnes, le 7 novembre, à Bordeaux.

Présentation du Diagnostic 2011 de l'Aquitaine numérique - 230 participants à l'hôtel de région - crédit AEC72% des Aquitains sont désormais internautes. La Toile, devenue un média quasi-omniprésent est consultée quotidiennement par 87% d’entre eux. C’est presque 2 millions d’Aquitains qui se connectent tous les jours sur une population régionale de 3,2 millions. Ils étaient 66% à se connecter quotidiennement en 2005.

Internet de plus en plus transporté

Toujours plus mobinautes (23%, soit 600 000 personnes), les Aquitains plébiscitent les Smartphones (13%, c’est deux fois plus qu’en 2010), s’inscrivant dans une tendance générale soulignée très récemment par l'étude «Référence des Equipements Multimédias» conduite par GfK et Médiamétrie. (" L'accès à internet, la recherche de mobilité et d'ultra-portabilité sont toujours les principaux facteurs de croissance ").

Le « surf » est décidément devenu nomade, à l’aide d’une multitude de supports. 56% des Aquitains mobinautes accèdent à internet via leur Smartphone et déjà 4% par le biais d’une tablette numérique (une nouveauté notable). Collectivités et entreprises ne semblent pas avoir pris conscience du phénomène. Pour preuve, 1% des communes proposent une version mobile de leur site web.

« Design mobile First ! » : c’est la première des préconisations de ce Diagnostic 2011 de l’Aquitaine numérique, présenté dans l'assemblée plénière de l'Hôtel de Région.

Alexandre Bertin, responsable Etudes et Diagnostic à AEC, présente le Diag 2011 -photo AECDe même, les réseaux sociaux du web « ne sont pas une mode ! », rappelle avec force Alexandre Bertin, responsable Etudes et Diagnostic à AEC. A l’instar d’une communication réussie sur les outils nomades, une présence des organisations publiques et privées sur ces plateformes sociales est, en 2011, fortement préconisée. 30% des Aquitains sont inscrits sur Facebook (780 000 personnes). Le leader des réseaux sociaux du web attire 26% des offices de tourisme d’Aquitaine (filière qui, décidément, s’affiche comme très réactive face aux évolutions des usages du web) mais seulement 12% des communautés de communes, 8% des entreprises et 4% des communes.

Le revers de la médaille digitale

La fréquentation d’internet s’intensifie et les usages du web (les modes d’accès par exemple) se diversifient. Les fractures, elles, perdurent, sans toutefois s’aggraver.

28% des Aquitains restent non internautes, en majorité des plus de 60 ans et des femmes seules. La présence d’enfants dans les foyers est sans conteste un atout pour « tirer » les usages à la hausse. "Nous avions établi il y a déjà deux ans qu’un certain nombre d’Aquitains, environ 25%, resteraient en dehors de la société de l’information. Nous vérifions aujourd’hui qu’un seuil est atteint. Ce résultat de 28% d’exclus numériques ne devrait plus beaucoup évoluer", commente Laurent-Pierre Gilliard, directeur général adjoint d’AEC, suscitant quelques réactions inquiètes dans le public. Comment accompagner ces non internautes vers l’utilisation du web ? « Les espaces publics numériques peuvent-ils jouer un rôle pour ces exclus de l’internet ? », interroge par exemple Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional en charge du Tourisme (et également président de l’Agence landaise pour l’informatique qui a déployé un réseau d’ateliers multi-services informatique dans son territoire).

Autre élément de préoccupation, ce sont ces 28% de personnes sondées qui déclarent avoir du mal à utiliser l’ordinateur (17% pour internet). Ou encore ces 30% de chefs d’entreprises qui disent éprouver des difficultés pour définir leur stratégie et identifier leurs besoins en matière d’usages et d’outils numériques...

Alain Rousset, président de Région aux côtés de Marcel Desvergne, président d'AEC, en ouverture de la présentation du Diagnostic 2011 de l'Aquitaine numérique - crédit AECUn bon taux d’équipement (les très petites TPE sont équipées à 68% en ordinateur et à 60% de connexion internet) ne signifie donc en rien une utilisation optimale des outils. Alerté par ce constat, Alain Rousset, président de la Région Aquitaine appelait, en ouverture de la présentation du Diagnostic 2011, à "un effort nouveau sur l’intégration de ces technologies numériques". A l’image de ce qui s’organise au sein de la filière tourisme, le Diagnostic préconise un déploiement « d’animateurs numériques » dans les TPE-PME dont le rôle consisterait à transmettre des savoirs et bonnes pratiques.

A lire aussi dans le Diagnostic 2011 de l’Aquitaine numérique

- La visibilité en ligne des acteurs du tourisme

- Les filières et formations numériques

- Les infrastructures et réseaux télécoms

- un ensemble d'indicateurs clés relatifs aux "foyers" aquitains, aux entreprises, à l'éducation, au tourisme, aux collectivités.

 

Couverture du Diagnostic de l'Aquitaine numérique 2011 - credit AEC Téléchargez le Diagnostic 2011 de l’Aquitaine numérique

 

 

 

 

 

Le Diagnostic 2011 présenté par Laurent-Pierre Gilliard - émission " C'est vous qui le dites" de TV7, le 8 Novembre 2011

 

 

Mots clefs
Aquitaine - bonnes-pratiques - collectivités - données - e-administration - E-tourisme - Economie numérique - Education et formation - entreprises - études-et-statistiques - filière - fractures - Infrastructures et réseaux - innovation - Mobilité - réseaux sociaux - très-haut-débit - Usages - web 2.0
ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer