[Compte-rendu événemenquable] BigUp for Start-Up #FTConnect

26/01/2018 par Paul-Antoine EVAIN.
  • Diminuer la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
[Compte-rendu événemenquable] BigUp for Start-Up #FTConnect

Lors de l’événement “French Tech Connect”, le 12 décembre dernier, BigUp For Start-Up a présenté les 10 grands groupes qui ont proposé des appels à projets aux stars-up : Casino Proximités, CCI Bordeaux Gironde, Cheops Technology, Cisco, EDF, Groupe La Poste, Lectra, Orange, Groupe Sud Ouest et la SNCF.

BigUp, un programme national depuis 2015

BigUp For Start-up est un activateur de business numérique qui s’est associé cette année avec la CCI de Bordeaux Gironde pour mettre en relation des grands groupes et des start-up. Les objectifs des rencontres entre les grands groupes et les start-up étaient les suivants :

  • Simplifier les relations entre les deux acteurs pour les rendre plus opérationnelles,
  • Instaurer une relation de confiance au sein de l’écosystème,
  • Créer de la valeur et accélérer la réussite des entreprises du numérique en mode coopératif

 

Les grandes étapes d’une collaboration fructueuse pour les deux co-fondateurs sont : « se connaître, s’ouvrir, se respecter et se projeter ».

Lors de l’intervention officielle et la présentation des grands groupes à 17 heures, les deux co-fondateurs et co-pilotes de BigUp For Start-up : Lucie PHAOSADY et Pierre BILLET ont mis l’accent sur l'attention qu'ils portent aux enjeux et aux acteurs du territoire. “L’innovation peut transcender l’individuel pour faire que le tout soit supérieur à la somme des parties et c’est ce qu’on a essayé de faire dans BigUp, en travaillant avec tout le monde : la French Tech, les clusters, les incubateurs, les start-up… et bien sûr tous les gens qui sont la force vive du territoire”.

Un événement qui rassemble les grands groupes et les start-up

Cette année, plus de trente grands groupes étaient partenaires et 721 start-up ont candidaté à un des sept BigUp qui ont eu lieu en France. Ces rencontres ont généré 1 435 rendez-vous d’affaires. Le but de BigUp For StartUp est, aussi, de suivre l’évolution des contrats entre les grands groupes et les start-up. BigUp était déjà présente à Bordeaux l’année dernière. Il y avait eu, à ce moment-là, 95 start-up candidates. Cette année, on compte 102 candidatures. “Il y a déjà des contrats qui ont été signés ou qui vont prochainement l’être, ce qui est très prometteur, cela souligne le dynamisme de Bigup” affirme Lucie PHAOSADY.

 

 

10 grands groupes en quête d’innovation

Tout au long de cette journée, les grands groupes se sont rencontrés pour expliquer formuler leurs besoins, leurs attentes et la façon dont ils travaillent avec les écosystèmes. Par la suite, les 10 grands comptes qui ont proposé des appels à projets aux start-up et aux PME innovantes se sont présentés à travers un pitch de cinq minutes devant l’assemblée.

Ce qu’on en retient :

1. Cisco

“ Nous avons 3 objectifs : vous faire savoir ce que l’on fait, pourquoi nous nous engageons avec des start-up
et sur quel sujet ?” Cisco s’est développé avec Internet et est passé de 0 à 50 milliards de chiffres d’affaires. Leur projet est de réfléchir à l’après. Après avoir connecté les gens au réseau, quels sont les outils, les applications qu’on leur donne pour qu’ils puissent échanger, se voir, échanger des fichiers ?

2. La Poste
Bien présente dans l’activité des écosystèmes de Bordeaux et de France, La poste est une entreprise de la vieille économie qui doit changer son modèle. “C’est pour cela que la poste a décidé d’investir dans l’innovation ouverte. On s’intéresse à 5 grands domaines : le B to B numérique, la logistique et les transports, la French Tech, la transition énergétique, l’IOT (Internet des objets) à travers la silver économie.” Ils mettent en place des programmes pour travailler avec les start-up en boostant leur croissance.

3. Orange
“Nous ne faisons pas d’incubation de start-up, Orange accélère des start-up quand elles sont au point de commercialisation de leurs services ou produits. On accompagne des start-up déjà matures”. Ils font deux appels à projets par an et accélèrent entre 10 et 15 start-up L’objectif est que ces start-up passent un contrat de partenariat commercial avec une business unit chez Orange en sachant qu’Orange est un grand groupe international, qui adresse des marchés B to B, B to C en passant par le B to Administration et collectivités.

4. Casino Proximités
“Ce sont 5 500 points de vente sur le territoire français (les enseignes Casino shop, Petit Casino, Spar, Vival) mais le groupe Casino a également un très beau fleuron (Cdiscount, Monoprix, Franprix)”. Leur motivation ? Rejoindre le leadership de l’innovation, pour révolutionner le commerce. Ils désirent proposer plus de services, plus de digital. Pour accompagner cette transition digitale, ils doivent développer des moyens pour pousser leur offre, leurs services, et les rendre accessibles à tous. Ils ont donc besoin des start-up pour « booster » leur nouveau créneau.

5. SNCF
La SNCF souhaite avoir un rôle de facilitateur pour les start-up, pour leur faire profiter de son réseau, présent dans 50 pays, ce qui représente un énorme terrain de jeu où les start-up peuvent être impliquées. En s’alliant avec des start-up, la SNCF a 3 principaux objectifs :
1 - améliorer l’expérience client, améliorer le comptage des flux, faciliter les déplacements des utilisateurs.
2 - innover dans le domaine des RH, de l'équipement et réfléchir à la dématérialisation.

3 - trouver des solutions en termes d’exploitation, de maintenance et de sécurité.

Ils souhaitent avant tout accompagner les start-up et travailler avec.

6. EDF
Aujourd’hui, EDF joue un rôle d’incubateur avec un objectif unique : créer de nouvelles activités pour les métiers du groupe, pour qui l’innovation est importante. EDF souhaite en premier lieu mobiliser ses salariés à monter leurs start-up. Ils sont évidemment ouverts à d’autres technologies et veulent bâtir les projets de demain sous forme d’écosystèmes, d’où la nécessité pour eux de trouver des start-up, avec de nouvelles idées, de nouvelles technologies.

7. Cheops Technology
Ce groupe girondin, avec ses 14 agences étendues sur le territoire est une entreprise de service numérique. L’innovation est au coeur de leur métier. Ils travaillent notamment en partenariat avec Microsoft. Leur but est de proposer de nouvelles offres de Cloud : “ Depuis 2010, nous avons développé une offre de Cloud, hébergée sur 3 Datacenters dont 2 en Région bordelaise…”. Toutefois, ils n’oublient pas leur offre principale qui est l’infrastructure et la raison de leur présence à cet événement. Ils souhaitent trouver des start-up, éditeurs de logiciels avec qui ils pourraient avoir une co-innovation. Ils veulent les accompagner sur le développement d’offres Sas.

8. CCI de Bordeaux Gironde
La Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux Gironde a beaucoup de projets pour l’avenir : faire mieux et plus avec moins (manque de ressources fiscales). Pour cela, elle souhaite s’associer à des start-up pour réfléchir à de nouvelles offres (concernant la data par exemple), mais aussi à expérience client. Le but étant de bâtir, à plusieurs, des services innovants.

9. Groupe Sud-Ouest
Depuis 2016, le Groupe Sud Ouest a mis en place deux initiatives : Incubator Bordeaux (aide aux start-up des idées au développement) et Théophraste, l'accélérateur du groupe (levées de fonds, développement de société, faire travailler de nouvelles sociétés). Ils recherchent actuellement des porteurs d’idées, des projets, pour créer des synergies.

10. Lectra
Lectra est une start-up née à Bordeaux, devenue leader mondiale de la CFAO (Conception et fabrication assistées par ordinateur) pour la mode. Actuellement, la société bordelaise est cotée en bourse, mais cela ne l’a pas empêchée de devoir se battre de façon avec ses fournisseurs pour continuer à produire en France. Aujourd’hui, même si la technologie est dans l’ADN de Lectra, l’entreprise souhaite continuer à innover, et ce de façon disruptive, d’où cet appel à start-up.

 

La rencontre a été clôturée par les remerciements des deux co-fondateurs de BigUp For Start-Up. Chaque relation grand groupe-start-up va être suivie de près dans les prochains mois. Cela permettra de dire, dans quelque temps, si un contrat a pu être signé entre les deux acteurs.

 

Compte rendu réalisé par Sophie STUDEMANN et Nadia GANNOUNI

étudiantes en Master à l'ISIC, Université Bordeaux Montaigne


ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer