Vers des données publiques ouvertes en Aquitaine

17/12/2010 par Suzanne GALY.
  • Diminuer la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
"vers des données publiques ouvertes" image issue d'un support de présentation présenté durant les Assises des données publiques ouvertes - credit AEC

Le mouvement pour l’open public data a très officiellement gagné l’Aquitaine, le 6 décembre dernier, avec les premières Assises des données publiques ouvertes organisées dans notre région.

« Pragmatisme et réalisme ! L’important, en matière d’ouverture des données publiques, est de lancer un processus, d’entrer dans la démarche et la dynamique de partage s’auto-entretiendra » a lancé Danièle Bourlange, directrice de l’ Agence du Patrimoine Immatériel de l’Etat (Apie), aux 140 participant des Assises des données publiques ouvertes, organisées pour la première fois en Aquitaine, le 6 décembre dernier.

L’événement s’est déroulé à l’Hôtel de Région, sous l’impulsion d’AEC et en présence d’Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine.

140 participants à l'Hôtel de Région pour les Assises des données publiques ouvertes en Aquitaine - crédit AEC

Le territoire aquitain ajoute désormais son nom à la courte liste des précurseurs de l’open data en France.

« Peu de collectivités se sont lancées à ce jour, même si la libération et la réutilisation des données publiques est un droit depuis 2005 et la révision de la loi CADA* », a remarqué Nathalie Manet-Carbonnière, Conseillère régionale d’Aquitaine, déléguée au développement numérique. « L’enjeu est éminemment important, tant du point de vue des services rendus aux usagers que des évolutions de la société qui vont dans le sens de l’échange ».
A l’instar de Rennes et de Brest qui ont évoqué leur programme d’ouverture des données publiques lors des Assises, la Communauté urbaine de Bordeaux a annoncé le lancement d’une expérimentation d’un an visant à libérer des jeux de données dans des domaines aussi variés que les transports, l’eau et l’assainissement, la signalisation ou encore la voirie.Voir ci-dessous l'entretien avec Vincent Feltesse, président de la CUB.

La CUB veut ainsi asseoir une dynamique pérenne de valorisation de ses données. A plus court terme, elle espère voir naître une vingtaine d’applications innovantes courant 2011, sans préjuger desquelles : « Nous savons que cela apportera plus de transparence, plus de concurrence mais l’idée est que les uns et les autres se saisissent de cette matière riche que représentent nos données publiques et se l’approprient » souligne Vincent Feltesse, président de la CUB. L’expérimentation, accompagnée par la Fing et AEC, et à laquelle s’associe le Département de la Gironde et la Région Aquitaine , donnera lieu à des « Rencontres mensuelles de l'open data », espaces ouverts d'échange, de dialogue et d'apprentissage.
Danièle Bourlange, directrice de l'Apie, lors des Assises des données publiques ouvertes en Aquitaine - credit AEC

Le mouvement pour l’ouverture et la réutilisation des données publiques, mondial, prend de l'ampleur et connaît une accélération. En France, l’Etat se mobilise au travers, notamment, de l’Apie. « Il est nécessaire d’accompagner le droit à la réutilisation en créant un écosystème favorable : faire connaître les données disponibles, limiter les coûts de transaction pour les réutilisateurs, favoriser l’exploitabilité des données », a conseillé Danièle Bourlange lors des Assises.

L’ observatoire des territoires numériques (OTEN) , de son côté, réalise actuellement une étude baptisée « Stratégie régionale en matière de données publiques » pour accompagner les élus. Quelles données doivent être mises à disposition, sous quel format et à quel coût ? Selon quels processus ? La donnée libérée peut-elle être réutilisée dans un cadre commercial ? Comment sensibiliser un président de collectivité et associer les services concernés au mouvement de libération ? Le programme expérimental qui s’engage en Aquitaine doit permettre d’apporter des réponses à ces questions, de contourner les freins et les obstacles à la libération des données publiques. « Chaque cas est un cas d’espèce qui nécessite un dialogue entre le détenteur de la donnée, le producteur et le réutilisateur », a rappelé Philippe Ourliac, délégué général de l’OTEN.

Afin d'aider les collectivités à s'engager concrètement dans la mise en oeuvre de la libération de leurs données, AEC a réalisé un guide juridique qui récapitule les obligations légales pour l'accès et la réutilisation de ces données. Il les accompagne dans leur mise en conformité et leur propose un cadre afin d'opérer.

« Nous avons mis 48 heures à décider la libération de nos données publiques », a témoigné Xavier Crouan, directeur de l’information et de l’innovation à Rennes Métropole. L’agglomération rennaise a créé un site qui recense tout un ensemble de données publiques non nominatives, fiables et actualisées en permanence. Résultat, une somme d’applications réalisées par des férus d'informatique et de technologies pour se repérer dans la ville, savoir quel bus prendre, connaître un temps de trajet ou les lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite...


Sébastien dugué, créateur de l'application iBordeaux.fr, lors des Assises des données publiques ouvertes en Aquitaine - crédit AECA Bordeaux, Sébastien Dugué n’a pas attendu l’ouverture des données pour faciliter la vie de ses concitoyens dans les transports en commun. Ce consultant web a créé la plateforme iBordeaux.fr , accessible sur le web et téléphone mobile, en intégrant des plans des divers moyens de transport (transport en commun, vélos en libre service, parkings, stations de taxi), des cartes de trafic automobile en temps réel ou les temps de parcours sur les grands axes de Bordeaux ainsi que la disponibilité temps réel des bornes de vélos (VCUB). S’il voulait couvrir les coûts de développement de cette dernière application, a-t-il souligné, il lui faudrait plus de clients qu’il n’existe d’utilisateur du VCUB. Avec des données payantes, il n’aurait donc jamais développé iBordeaux.fr.

 

Entretien avec Vincent Feltesse, président de la CUB

vidéo 7'33

 

Anne-Marie Keiser, vice-présidente du Conseil général de Gironde lors des Assises des données publiques ouvertes - crédit AEC

Anne-Marie Keiser, vice-présidente du Conseil général de Gironde « Nous projetons de libérer des données non nominatives du Conseil général de Gironde qui touchent au domaine des transports ou encore des paysages et espaces de l'Estuaire. Nous attendons beaucoup de cette libération car elle génèrera des services aux citoyens que nous ne sommes pas en mesure de produire dans un contexte économique difficile pour les collectivités"

 

Alain Rousset, président du conseil régional d'Aquitaine lors des Assises des données publiques ouvertes - crédit AEC

Alain Rousset, président du Conseil régional : "La libération des données publiques va nous offrir plus d'intelligence, plus de valeur économique et sociale, une meilleure évaluation des services et une réponse aux besoins de transparence"

 

Les photos des Assises

Mots clefs
Aquitaine - bonnes-pratiques - collectivités - données - Economie numérique - entreprises - Gouvernance et territoires - innovation - juridique
ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer



Agenda


Tous les rendez-vous
  • Annuaire