Vigie2 suit en temps réel les navires sur l'estuaire de la Gironde

30/11/2011 par Suzanne GALY.
  • Diminuer la taille de la police
  • Agrandir la taille de la police
Port de Bordeaux assure la gestion logistique maritime et fluviale pour l'Airbus A380 dans l'estuaire de la Gironde, et notamment lors de son passage sous le pont de Pierre à Bordeaux_© Port de Bordeaux

Le Grand Port Maritime de Bordeaux vient de remporter le premier prix du concours Géoportail 2011 lancé par l'Institut Géographique National, dans la catégorie "Accessibilité, mobilité", grâce à son site web de suivi en temps réel des navires qui circulent dans l'estuaire de la Gironde, Vigie2 .

Ce prix souligne une démarche d’innovation pionnière en France en matière d’informatique portuaire.

9 millions de tonnes de marchandises, soit l’équivalent de 400 000 camions, transitent chaque année par le port de Bordeaux.

Le terminal de Blaye dans l'estuaire de la Gironde© Port de Bordeaux / VertigoCela représente 1600 navires lourds de conteneurs, de bois, d’hydrocarbures, de céréales et de produits chimiques, qui chargent et déchargent leurs cargaisons dans les six terminaux portuaires de l’estuaire de la Gironde.

L’établissement Grand Port Maritime de Bordeaux (ou Port de Bordeaux - ex Port autonome de Bordeaux), 400 salariés, gère cette intense activité qui hisse Bordeaux à la 6e place des grands ports maritimes français.

Afin d’améliorer le suivi du trafic maritime le long des 120 kilomètres de l’estuaire (le plus long d’Europe !), Grand Port Maritime a développé une application baptisée Vigie2 .

Elle permet d’afficher en temps réel les navires avec leur chargement, leur position, et de connaître l’heure prévue pour leur accostage.

Capture écran de l'application Vigie2L’application vient d’être couronnée par l’Institut géographique national (IGN) dans le cadre de son concours Géoportail 2011 (catégorie "Accessibilité, mobilité"). Elle s’appuie sur l’ API Géoportail proposée par l’institut (interface de programmation permettant l’interaction de plusieurs programme informatiques) et bénéficie donc de la pertinence et de la précision des données géographiques de l’IGN.

Le prix a été décerné le 22 novembre à Paris.

Pour le Grand Port Maritime, seul établissement public à être primé dans ce concours, le prix décerné par l’IGN récompense « une démarche dynamique d’innovation en matière d’informatique portuaire et technique satellitaire engagée depuis 8 ans », se félicite Michel Le Van Kiem, Chef du département des Systèmes d'Information et de l'Electronique Maritime.

Michel Le Van Kiem_ photo DR« Le Port de Bordeaux est leader en France dans ce domaine de l’informatique portuaire, confirme-t-il. Cette expertise s’exprime notamment dans le cadre de la sécurisation des passages des barges Airbus sous le Pont de Pierre (18 convois en 2011 et 25 en 2012, selon Sud Ouest du 30 novembre 2011, ndlr). Ces passages délicats nécessitent une batterie de capteurs et un système informatique performant », ajoute Michel Le Van Kiem.

Le Grand Port Maritime de Bordeaux, appuyé par un pôle d’excellence territorial dynamique, développe par ailleurs de nombreuses synergies avec l’ Union Maritime et portuaire de Bordeaux et les Douanes pour faciliter le commerce portuaire. Il a par exemple participé à la dématérialisation des procédures du passage portuaire tels que les déclarations aux Douanes, l’enregistrement des droits de Port, etc.

« Nombre de nos procédures sont dématérialisées, c’est unique en France », affirme Michel Le Van Kiem.

L’application Vigie2 ne profite pas qu’au port de Bordeaux. Elle équipe d’ores et déjà la plupart des ports de la façade Atlantique... et au delà : Brest, Lorient, Saint Malo, la Rochelle, Sète, Port la Nouvelle et Pointe à Pitre. Le Port de Bordeaux leur apporte son expertise technique et son soutien pour la mise en oeuvre de leur système d’information.

 

Géoportail facilite l'accès à l'info géographique

Le portail de l'IGN a pour vocation de faciliter l’accès à l’information géographique de référence en deux dimensions ou en trois dimensions (fonds cartographiques et photographiques) ainsi qu’aux informations géolocalisées superposables à ces fonds et présentant un intérêt public.

Mis en œuvre par l’IGN, il est régulièrement enrichi par d’autres producteurs de données publiques. Il compte aujourd’hui plus de 70 couches d’informations.

Certaines d’entre elles sont libres d’utilisation et ont fait l’objet d’une présentation le 10 novembre 2011 à Bordeaux, à l’occasion d’un OpenData bar organisé dans les locaux d’AEC.

Mots clefs
aménagement - Aquitaine - cartographie - données - entreprises - géolocalisation - Infrastructures et réseaux - innovation - Usages
ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer